Premières impressions sur la 4ᴱ capsule Mosaert

yannick 15 mars 2017 0 4 472 views
Premières impressions sur la 4ᴱ capsule Mosaert

Après des mois de suspense, la 4e capsule de Mosaert est enfin prête. Une capsule étonnante, s’éloignant de plus en plus des anciennes capsules.

En effet,  les deux premières collections étaient liées à l’album, au wax africain, aux pavages géométriques multicolores, fortement inspirés par M.C Escher. Même si la 3 ème capsule  s’éloignait un peu de la musique, en osant notamment les fleurs, elle était encore lié à l’album « Racine Carrée ».  Pour cette nouvelle capsule, l’imprimé y règne toujours en maître, mais la Wax et la géométrie sont mises de côté pour laisser place à des rondeurs avec notamment  la végétation et un imaginaire autour de la danse. Alliant à merveille l’Asie, inspiré de le voyage au Japon de Paul et Coralie, les couleurs de Degas, les flamants roses, parfaits symboles de la danse.  On y retrouve également un subtil mélange entre des plantes plus baroques et tropicales.  Pour cette nouvelle collection, plus question de se limiter qu’aux chaussettes, polo, t-shirt, joggings. Mosaert sort le grand jeu, avec la création de ballerines, en collaboration avec Repetto, un bomber, un cache-coeur et des slippers, toujours dans un esprit de vêtements unisexes.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour les chaussures, c’est avec la célèbre enseigne Repetto que Mosaert a décidé de collaborer. Une collaboration qui n’est pas né de hasard. Tout a commencé lors d’une interview, où Paul a exprimé son envie de porter des ballerines Repetto version Homme, en regrettant qu’il n’en existe pas pour les hommes. C’est alors qu’après avoir entendu ces mots qu’un jour, Jean-Marc Gaucher PDG de Repetto lui a envoyé une paire de ballerines. Par la suite, il lui propose même une collaboration, ce qui est tout de suite paru comme une évidence pour Paul, et  une sorte de rêve commun avec Coralie, comme elle l’a expliqué dans l’interview pour le magazine “ L’express” :

«Cela faisait longtemps que nous rêvions de faire des chaussures. Et puis, pour moi qui ai fait de la danse, Repetto, c’était magique »

C’est également une collaboration enrichissante comme l’a évoqué Paul dans le magazine “Le Vif Week-end » :

"Le flamant rose règne sur la collection, parfait symbole de la danse." Photo © Julien Claessens

« Le flamant rose règne sur la collection, parfait symbole de la danse. » Photo © Julien Claessens

« Il nous a appris plein de choses, il est un bel exemple de vision d’entreprise. Et il nous a donné carte blanche :  » Gardez votre image surtout « , nous a-t-il dit. Respecter l’univers de chacun, c’était ça tout l’exercice, sinon c’est nul… On aime l’identité de la maison, on voulait garder l’histoire du cousu retourné, de la créatrice Rose Repetto. Du coup, on a repris les codes, un mélange de la Michael avec une broderie et un talon recouvert de cuir imprimé, ça le fait vraiment. Cela ne peut être intéressant à nos yeux »

Cette collaboration est le fruit d’une entre deux univers. D’un côté, l’esprit unisexe, coloré, les imprimés digitaux de Mosaert, de l’autre, la danse qu’on retrouve sur les motifs de flamants roses, perchés sur des pointes, les cardigans qui se nouent comme des cachecoeurs, les sweat-shirts XXL…

La capsule n’est pas commercialisé à l’heure où nous écrivons cet article, mais fait déjà parler d’elle notamment grâce aux nombreuses interviews et premières images de la capsule. Paul et Coralie ont notamment accordé une interview au célèbre magazine « The Wall street journal« .

Lors des interviews accordé à propos de cette capsule, il évoque notamment ses autres projets aux journalistes de « L’Express » :

« La tournée de Racine carrée a duré trois ans avec, à la fin, un rythme impossible : j’étais dans la musique, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Comme j’ai tendance à être naturellement obsessionnel, c’est vite devenu un enfer. J’avais besoin de liberté, d’échapper à toute cette pression »

Il a donc laissé la scène de côté pour faire place à de nouveaux projets.

« Je travaille actuellement sur un clip pour le label Major Lazer avec Nicki Minaj, une manière de fonctionner 100 % américaine. C’est la première fois que je suis confronté à un tel choc des cultures. Ce qui m’enrichit, c’est de travailler pour les autres. »

Lors de cette interview, il évoque son envie de travailler pour d’autres artistes, et pour l’instant de son côté “ interprète “.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

<

p style= »text-align: justify; »>Une capsule donc très attendue, disponible le 31 mars à 18h sur store.mosaert.com, repetto.fr, ainsi que dans les magasins Repetto à travers le monde, au Bon Marché à Paris, et chez Hunting & Collecting à Bruxelles