Les Backstages des clips de Stromae!

yannick 4 décembre 2016 0 5 139 views
Les Backstages des clips de Stromae!

Des photos exclusives des tournages des clips de Stromae

C’est un joli cadeau de Noël que nous offre Mosaert en ce mois de décembre!

L’entièreté de leur site a été remis a neuf, et nous avons eu le droit à quelques clichés uniques, tout droit sortis des archives de tournages des clips de Stromae!

Formidable:

« J’ai eu l’idée de cette vidéo pendant l’enregistrement du morceau et j’ai immédiatement repensé à un certain jour quand je marchais à Bruxelles et qu’un sans-abri m’a demandé plus ou moins ce que nous entendons dans la chanson “ Tu te crois beau?”  Je me suis souvenu de ce moment et je voulais l’inclure dans le clip. »

L’idée brillante de Stromae pour la vidéo « formidable » était de jouer un homme ivre, brisé dans le monde réel, pas dans un studio d’enregistrement. Un matin, Stromae est allée à la Place Louise à Bruxelles pour jouer l’un des rôles les plus difficiles de sa carrière et celui que nous connaissons tous – un homme ivre chantant son désespoir, exposé et misérable devant les «vrais» personnages de Bruxelles. Le clip a été filmé à l’aide de caméras cachées placées soigneusement autour de Place Louise afin de s’assurer que les réactions des passants et de la police soient authentiques..

Le clip a été dévoilé juste quelques jours après le tournage et il est devenu un phénomène médiatique. Stromae a été unanimement salué pour cette performance qui a remporté le prix Meilleur Clip aux Victoires de la Musique 2016.

« Une scène a été coupée du montage: la police est venue me parler une seconde fois avant de m’emmener. J’étais assis contre un lampadaire et ils voulaient me ramener à la maison de force, ils m’ont dit que j’étais filmé par des paparazzi, mais c’était mon équipe de cameramans cachés. À un moment donné, j’ai dû discrètement arrêter de jouer mon personnage à voix basse afin qu’ils ne révèlent pas le truc à tout le monde, je leur ai expliqué qu’il y avait des cameramans cachés. Un des policiers ne me croyait pas mais j’ai été insistant et finalement ils ont vu que je me comportais trop normalement pour quelqu’un qui était censé être ivre. »

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Papaoutai:

Le clip « Papaoutai » dépeint la douleur de ne pas avoir un père dans un monde doux qui rappelle les «sweet sixties». Le père absent est incarné par la poupée grandeur nature de Stromae qui, avec son attitude maladroite et inappropriée, représente l’ombre d’une présence qui n’est pas une présence réelle.

« Les maisons dans le clip étaient en fait très petites – les garages étaient étaient à peine à la taille d’une petite voiture et les portes étaient adaptées pour un enfant de 7 ans! Pour les scènes d’intérieurs, les décorateurs ont joué avec les perspectives afin de créer une impression de plus de profondeur pour le spectateur. »

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Tous les mêmes:

Le 3ème single de l’album « Racine Carrée« , « Tous les mêmes« , met en scène les représentations caricaturées des différentes idées de relations homme-femme avec humour et cynisme. Ces idées sont représentées par la couleur verte pour les hommes et rose pour les femmes.

Filmé par Henry Scofield, le clip avec Stromae est composé d’un duo masculin/féminin que les paroles de la chanson incarnent. Le personnage est placé dans un cadre aussi dynamique que la chorégraphie de Marion Motin et éprouve cette confrontation de clichés banals et modernes dans les cadres quotidiens.

« Tous les décors que nous voyons ont été créés dans un hangar ouvert à Anvers. Il faisait très froid. La première scène où je suis torse nu dans le lit a été filmé après. Nous étions gelés et épuisés. Les techniciens nous envoyés de la chaleur pour essayer de nous réchauffer – le tournage a été un défi pour nous tous! »

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ta fête:

Avec un style peplum moderne le clip pour « Ta Fête« , le 4ème single de l’album « Racine Carrée », représente un personnage qui tente désespérément d’échapper à des assassins dans un labyrinthe.

Dans le clip de 3 minutes, le protagoniste est une métaphore d’un homme essayant d’échapper à ses responsabilités, mais tout ce qu’il arrive à faire c’est de les repousser à plus tard. Stromae est le maître de la cérémonie, le maître marionnette machiavélique qui prend plaisir à regarder ce pauvre homme qui essaye d’échapper à l’inévitable.

Tourné à Courtrai et Schaerbeek (Belgique) du 17 au 19 mars 2014, le clip a été mis en ligne 3 mois plus tard.

« Pour créer l’immense stade rétro-futuriste, on a simplement eu besoin d’un immeuble en construction et d’un espace vert à Bruxelles et à Gand. Pendant le tournage de la scène finale, les participants des «jeux» ont courus sur l’herbe et des cordes étaient utilisées pour montrer les rebords sur lesquels les courreurs couraient. »

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Carmen:

Le clip pour « Carmen« , le sixième single de l’album « Racine Carrée« , est un clip de dessin animé dessiné et animé entièrement par Sylvain Chomet, créateur du chef-d’œuvre « Les triplettes de Belleville« .

L’idée derrière le clip était d’utiliser l’oiseau bleu de Twitter pour personnifier le culte de soi-même qui est encouragé par les moyens de communication d’aujourd’hui. Dans le clip, l’oiseau est vu avec l’alter-ego de Stromae. L’alter-ego poursuit une folle compétition envers les autres, mais également envers lui-même afin d’obtenir le plus de followers, d’influence, de reconnaissance, d’amour …

Le compte officiel Instagram du malheureux alter-ego de Stromae a été créé en même temps que la vidéo. Nous n’étions pas intéressés à utiliser Instagram en particulier, mais nous l’avons vu comme une position alternative, pour rendre le sujet récursif.

Sylvain Chomet a fait beaucoup de dessins pour faire croire qu’un Stromae animé et narcissique existait vraiment derrière le compte Instagram. Chomet joue et exagère les codes, les clichés et les sous-produits de ce réseau social bien connu. Ses dessins racontent l’histoire de la chute progressive du personnage dans ce cercle vicieux du culte de soi-même, jusqu’à sa mort symbolique.

« L’idée originale de mettre des oiseaux bleus (symbolisant nos folles tentatives d’obtenir des followers) est venue de Orelsan dans le studio. Il avait déjà pensé à cela et a trouvé l’idée quand nous finissions le morceau. »

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ave cesaria:

« Ave Cesaria » est le 5ème single de l’album « Racine Carrée« . Cette chanson est une déclaration musicale d’amour à la « Diva aux pieds nus« , Cesaria Evora, une figure classique de la musique cap-verdienne.

Le clip est filmé en une séquence à l’aide d’un vieux caméscope VHS. Pendant la fête, il est passé de main en main, comme dans les vieux films faits à la maison.

Dans ce clip, le transfert intergénérationnel met en évidence le chaos et l’harmonie d’une fête familiale en l’honneur d’une grande dame, Cesaria Evora. Nous avons décidé que le clip devrait être un éloge avec de la joie et de la musique.

Le clip a été filmé au Vooruit (Gand, Belgique) le 10 juin 2014 et la bande sonore a été jouée et enregistrée en direct afin de garantir l’authenticité.

« C’était la première fois que je participé à un clip filmé à l’aide un simple caméscope familial comme nous utilisions dans les années 1990. Le caméscope et toute l’atmosphère m’ont rappelé nos vieilles fêtes familiales. »

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Quand c’est?

Tourné à Seraing dans l’ancien théâtre Jeusette (Liège, Belgique), « Quand c’est » est le septième single de l’album « Racine Carrée« . Tourné en une seule séquence, nous voyons Stromae, seul, confronté à une maladie personnifiée par un monstre déformé. Cette lutte, qui se termine par la mort, est représentée par une longue danse presque lubrique où les deux personnages se menacent et se séduisent.

Chorégraphié par Marion Motin et réalisé en collaboration avec Benuts, le clip de « Quand c’est » était le dernier single de l’album « Racine Carrée » et est sorti presque deux ans après l’album. Malgré les critiques, le clip a remporté le prix de la meilleure vidéo aux D6Bels Music Awards (2015), un Redbull Elektropedia Award pour la meilleure vidéo (2015), un Music Industry Award pour la Meilleure Vidéo (2016) et un Pop Berlin Music Video Awards pour les effets visuels (2016).

« Pour l’instant où le monstre me saisit, nous avons dû trouver un système pour me tirer et presque me suspendre dans l’air. Nous avons finalement utilisé un système simple : une corde et une poulie qui étaient tiré. Au montage, on a enlevé la corde et l’a remplacée par une griffe d’araignée. »

Ce diaporama nécessite JavaScript.